Mot de la

présidente

C’est sur une note positive que se termine cet exercice financier, qui aura été marqué par les travaux sur la structure organisationnelle de La Maison. Le concours Aviva a également beaucoup fait parler puisqu’il a mobilisé toute la région autour de notre projet de jardin thérapeutique.

Après analyse de la potentielle activation de La Fondation Aube-Lumière, le conseil d’administration a décidé de conserver la structure actuelle, mais en dédiant certains administrateurs à la mise en œuvre de la mission de La Maison et d’autres au financement. Ainsi, nous maintenons l’équilibre entre la représentation de ces deux volets essentiels au développement de La Maison.

Cette année aura aussi été l’occasion de mener une démarche de planification stratégique pour 2017-2020, dont les grandes orientations sont présentées dans ce rapport. Dans le plan d’action 2017-2018 qui en découle, nous avons, entre autres, opté pour la mise en place d’activités de jour pour les personnes atteintes de cancer en soins palliatifs et leurs proches, en collaboration avec les partenaires du milieu. Bonne nouvelle : ces activités devraient voir le jour au cours des prochains mois.

En contrepartie, un enjeu préoccupant est l’entrée en vigueur de la Loi 20, qui prévoit un quota de patients par médecin. Cette dernière pourrait avoir des répercussions sur La Maison puisque qu’elle pourrait amener certains médecins à nous quitter étant donné la possibilité d’une réduction de leur rémunération jusqu’à 30 %. Nous gardons tout de même espoir puisque des actions sont entreprises afin de minimiser les impacts à cet égard.

Le rapport annuel est l’occasion pour moi de remercier les employés et bénévoles qui sont au cœur de la renommée d’excellence de La Maison, ainsi que les généreux donateurs qui nous permettent d’amasser le million de dollars requis à chaque année pour maintenir la gratuité de nos soins et services. Je remercie aussi les administrateurs Rachel Garber, qui a quitté en cours d’année, ainsi que Jean-Bernard Bélisle et Marc Dumas, qui complètent leur troisième mandat cette année.

En terminant, c’est avec enthousiasme que je vous invite à célébrer avec nous le 20e anniversaire de La Maison qui aura lieu le 1er décembre. Surveillez notre page Facebook et notre site Internet pour les détails.

Me Élisabeth Brière
Présidente

La Maison Aube-Lumière

Mission

Accueillir gratuitement des personnes atteintes du cancer en fin de vie et leur prodiguer des soins palliatifs de grande qualité; les accompagner, ainsi que leurs proches, en répondant à leurs besoins psychosociaux et spirituels; contribuer à l’avancement de l’enseignement en soins palliatifs.

Vision

Être la référence pour l’excellence et la diversité des services dispensés dans le plus grand respect des valeurs humaines prônées par la philosophie des soins palliatifs de fin de vie.

Valeurs

Le respect : Entretenir en tout temps des rapports fondés sur l’égard et la considération, que ce soit dans ses paroles, ses comportements ou ses actions.

L’empathie : Être ouvert aux émotions et aux sentiments des autres afin de mieux les accueillir sans jugement, sans toutefois les ressentir à leur place.

L’excellence : Rechercher en permanence le dépassement de soi et la perfection afin d’offrir des soins et un accompagnement de qualité optimale.

La générosité : Maintenir un esprit d’ouverture et de don de soi favorisant l’entraide et la bienveillance les uns envers les autres.

L’engagement : Être exemplaire dans ses comportements, loyal envers l’organisation et s’engager au quotidien dans la concrétisation de sa mission.

Historique

Il était une fois… La Maison Aube-Lumière

4 juillet 1989 –L’Abbé Desève Cormier lance l’idée de fonder une maison destinée à accueillir des personnes atteintes du cancer.

8 décembre 1989 – Des lettres patentes demandées par Gaétan Beaulieu, Jacques Codère, Jean-Luc Grégoire, Jacques Letellier et Jean-Yves Sauvageau sont émises à La Maison Aube-Lumière, nom proposé par l’Abbé Desève Cormier.

Mars 1997 – L’organisme acquiert l’ancien monastère des Pères du Très Saint-Sacrement situé au 220, rue Kennedy Nord.

26 juin 1997 – Marie-Paule Kirouac est embauchée à titre de directrice générale pour préparer l’ouverture de la future maison et en assurer la gestion par la suite.

1er décembre 1997 – La première personne atteinte du cancer en phase avancée est accueillie à La Maison Aube-Lumière qui compte alors 10 lits.

1er mars 2013 – La Maison Aube-Lumière emménage dans un tout nouvel immeuble de 12 chambres situé sur les terrains entourant le CHUS-Fleurimont.

Statistiques

Voici quelques statistiques concernant l’exercice 2016-2017

* 15,7 jours en excluant les séjours de 100 jours et plus.

Publications

Visite virtuelle

Nous vous invitons à visiter notre maison.